Poussé par la progression soutenue des prix des résidences au Québec depuis l’an 2000, l’écart de richesse s’est creusé de façon notable entre les propriétaires et les locataires, ces derniers devant essentiellement se constituer un patrimoine en épargnant, ce qui n’est pas toujours une mince affaire.

Les ménages propriétaires ont en effet tiré profit de l’effervescence du marché immobilier ces 17 dernières années, la valeur moyenne d’une résidence ayant doublé, passant d’environ 145 000 $ à 290 000 $. Les propriétaires ont aussi pu profiter des bas taux d’intérêt pour rembourser leur hypothèque dans un délai plus court, des conditions ayant échappé aux locataires, qui composent 40 % des ménages dans la Belle Province.

Selon Hélène Bégin, économiste principale du Mouvement Desjardins, les ménages qui optent pour la location doivent redoubler d’efforts pour se préparer en vue de la retraite, alors que les propriétaires, eux, ont une valeur nette moyenne de 340 000 $, selon des données de 2016.

Pour lire la suite cliquez ici!
Source: TVA Nouvelles 29 septembre 2017