Au Canada, 34,7% des jeunes adultes âgés de 20 à 34 ans habitaient chez leurs parents propriétaire en 2016 selon les données du recensement de Statistique Canada. Dans la RMR de Montréal, ce pourcentage atteignait plutôt 33,1%.

Habiter chez ses parents est sans contredit la façon la plus économique de se loger, toutefois, un jour ou l’autre, il faut quitter le nid familial. Alors la question se pose, louer ou devenir propriétaire? Qu’est-ce qui engendrera le plus de dépenses?

Alors, on peut se questionner sur ce choix à tout moment au cours de notre vie et la réponse pourrait changer selon notre réalité. Afin de prendre la décision la plus éclairée possible, il est conseillé de faire quelques calculs.

 

Voici un exemple:

Premièrement, calculons le coût total d’habitation pour un ménage qui aurait acheté une copropriété 200 000$ dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension en 2013 et revendue celle-ci en 2018.

Dépense de départ :

Mise de fonds (10%) : 20 000$

Droit de mutation : 1750$

Notaire, assurance titre, inspection, évaluation demandée par le prêteur, rénovations mineures/décorations : environ 6000$

Taxe sur l’assurance hypothécaire (devra être payée au moment de l’acquisition) : 399 $

Total des dépenses au moment de l’acquisition : 28 149 $

 

Dépense première année (2013) :

Prêt hypothécaire : 180 000$ + 4 000$ (prime d’assurance hypothécaire ajoutée au prêt, le pourcentage de prime a changé depuis 2013)

Paiement hypothécaire (taux d’intérêt à 3%, amortissement sur 25 ans) : 870,77*12=10 449$

Taxes foncières et scolaires annuelles (ce montant peut différer grandement d’une ville ou d’un arrondissement à l’autre) : environ 2 354$

Frais d’entretien (frais de condo et autres dépenses) : 3 000$

Assurance : 350$

 

Dépenses totales de la première année : 16 153$

 

Les dépenses des années subséquentes sont similaires, mais varient légèrement selon l’évolution des taux de taxation, de la valeur de l’immeuble ainsi que de l’inflation.

 

Total des dépenses après 5 ans : environ 109 470$

 

Vente de la propriété après 5 ans :

Ainsi, selon une étude de JLR datant de 2015, 7 ans après l’acquisition d’une copropriété la moitié des ménages auront revendu leur logement, il serait donc peu étonnant qu’après 5 ans le propriétaire ait changé ses plans. Durant la période considérée, le prix des copropriétés à Montréal a crû de 17%, ce qui fait que le ménage peut espérer revendre sa propriété 234 240$. Dans certaines situations, le gain à la revente pourrait être plus important, mais il est également possible qu’une perte soit enregistrée.

 

Pour consulter la suite de l'article, cliquez ici!

 

Source: Les Affaires | L'immobilier chiffré de Joanie Fontaine | 28 août 2018